Retrospettiva 1992: Mario Camerini

  • Sale
  • Regular price SFr. 25.00


Volume for the retrospective 1992, dedicated to Mario Camerini

Language: French 
Editor: Locarno Festival and Éditions Yellow Now

Mario Camerini (1895-1981) est unanimement considéré comme l’un des plus importants cinéastes italiens. Durant un demi-siècle il en fut en tout cas l’un des artisans les plus productifs et les plus fameux. La plupart en effet de ses cinquante films (tournés entre la fin du muet et le début des années soixante-dix) connurent dans le monde entier un accueil des plus favorable – de Les hommes, quels mufles ! (1932) et M. Max (1937) à Ulysse (1954). Aujourd’hui encore, même si Camerini ne jouit pas du statut envié de Classique, on constate qu’il n’est pas d’hommage dédié à des acteurs (Vittorio De Sica, dont il fut le mentor, Assia Noris ou Anna Magnani), des personnalités (le scénariste Cesare Zavattini, qu’il découvrit) ou des genres (le néoréalisme, la comédie des années trente) du cinéma italien, qui n’intègre quelques-uns de ses films. Auteur modeste, Mario Camerini fut pourtant en constante adéquation avec ce que le cinéma italien a produit de meilleur. Ce livre collectif, produit à l’occasion de la première rétrospective complète de son œuvre (Festival de Locarno, 1992) veut contribuer à le démontrer et à lui rendre la place qui lui revient dans le panorama cinématographique mondial, en soulignant les parentés, les influences, les harmoniques qui le relient aux grands maîtres de la comédie, aux courants majeurs de la pensée moderne, et sa contribution à la construction de l’imaginaire qu’on associe à l’âge d’or du cinéma. En sus d’une série d’essais par des spécialistes italiens et français, cet ouvrage richement illustré contient un entretien-fleuve inédit avec Camerini, des documents d’archives éclairant les dessous de la production de certain de ses films, une anthologie de textes critiques et de témoignages d’admiration signés de certains des plus importants écrivains et cinéastes italiens (Antonioni, Matarazzo, Risi, De Santis, Moravia, Flaiano…), ainsi que l’indispensable appareil bio-biblio-filmographique.

Sous la direction de Alberto Farassino. Avec les contributions de Bernard Eisenschitz, Alberto Farassino, Guido Fink, Sergio Grmek Germani, Jean A. Gili, Steven Ricci.